upload.wikimedia.org_wikipedia_commons_6_6d_crataegus-monogyna.jpg

L'Aubépine ou Épine Blanche

Le mot Crataegus vient du latin crataegos transcrit du grec krataegos ou kratos signifiant « force » (allusion à la dureté du bois).

Deux espèces plus répandues en France: Crataegus laevigata et Crataegus monogyna.

L’Aubépine monogame Crataegus monogyna a un seul style et présente 5 découpes à la feuille et ses fruits ne contiennent qu’un seul noyau.

L’Aubépine commune ou épineuse Crataegus oxyacantha ou laevigata à deux styles et seulement 3 découpes à la feuille et dont les fruits renferment plusieurs noyaux.

L’épine blanche Alba Espinosa qualifie ces deux espèces.

Il peut servir de porte-greffe du Néflier et des Poiriers. C'est un barbelé végétal, il nourrit les oiseaux. Bois dur, pour des manches d'outils et des engrenages en bois.

COMESTIBLE :

Nommée anciennement « l’arbre du pain et du fromage », l’aubépine et ses fruits ont longtemps servi somme complément de nourriture en Europe pendant les périodes de disette ou de famine.

Composées de 15 à 18% d’amidon, de 12% de sucres (glucose et rhamnose) et de corps gras, les baies représentent de fait un apport nutritif interréssant.

Les cenelles récoltées après les gelées peuvent être préparées en compotes, sirops, confitures et gelées mais peuvent également être congelées ou séchées en veillant à bien en retirer les noyaux potentiellement toxiques.

En faisant séché la pulpe des cenelles il est possible de préparer une farine en la mixant finement.

La purée de cenelles, préparée en les faisant cuire avec un peu d’eau puis en les écrasant et filtrant pour retirer les noyaux peu servir à préparer une sauce « tomate », « ketchup », une compote ou un sirop… etc

Autrefois, on employait l'écorce des jeunes rameaux comme fébrifuge et les fruits comme astringent, un peu à la manière des cynorrhodons.

L’Aubépine était autrefois utilisée dans les traitement de la goutte, de la pleurésie et des pertes blanches, elle auraient été utilisée par les gaulois sous forme de sirop pour calmer les palpitations, combattre les insomnies et fortifier les personnes agées ou malades. Mais c’est surtout au XVIIe siècle qu’elle est conseillée contre la tension artérielle et les palpitations.

L’aubépine est LA plante du coeur, elle améliore la résistance à l’effort, apporte à la fois détente et rythme. Elle accentue la contraction du muscle cardiaque, augmente la vitesse de conduction de l’influx nerveux des fibres musculaires myocardites, ralentit la fréquence et diminue l’excitabilité cardiaque anormale. Elle améliore le débit coronarien et l’irrigation du myocarde.

Caractérisée par une grande richesse en flavonoides et Oligo-proanthocyanidines, des anti-oxydants majeurs et protecteurs de la microcurculation elle aide à enrayer l’inflammation de l’organisme, elle contribue à faire baisser le taux de cholestérol, éliminer les dépôts sur les artères et à un impact bénéfique sur l’arthérosclérose.

En stabilisant la production de collagène elle aide à la réparation des ligaments, des tendons et des muscles, améliore aussi l’état de la peau et freine le déclin de l’organisme associé au vieillissement.

Riches en colmariens, elle modère le syndrome prémenstruel, soulage les symptômes de la pré-ménopause et de la ménopause.

En médecine traditionnelle chinoise on l’utilise en cas de digestion stagnante et pour augmenter l’appétit.

Aubépine (volet médicinal)

Semis à partir des fruits, cueillis murs et mis en terre.


Crédit Photo : Wikipédia - Bruger:Sten

Aucune image trouvée.

Entrer votre commentaire. La syntaxe wiki est autorisée:
A L A F M
 
  • que_planter/arbrisseau/aubepine.txt
  • Dernière modification: 2020/04/25 17:34
  • par 2a01:cb14:249:5800:15ae:f5e5:65df:975f